Le poteau rose


Le poteau rose
envoyé par michleclerc.

Un tournant pour moi. C’est d’abord le seul de mes courts métrages qui ait eu un vrai succès en festival. Or, au départ, je ne savais même pas que j’allais en faire un film. Sans scénario, sans tournage, j’ai fabriqué le film en une semaine sur une table de montage. Fait à partir d’images d’archives personnelles mélangées à des rubriques que je tournais avec Télébocal, le matériau de départ a imposé le style au film, mélange de super 8 et de vidéo, mélange de confessions intimes et de pure fiction. Je me souviens de la toute première spectatrice du film. Une amie était venue me voir dans la salle de montage et je lui ai montré. A un moment donné, je l’entend pleurer dans mon dos et je ne comprend pas tout de suite qu’elle pleure à cause du film. Mais je dois constater que le film touche les gens comme aucun de mes films précédents.

J’ai ressenti pour la première fois une vraie adéquation entre la forme et la fond, entre ce que j’ai envie de raconter et la manière de le faire. Une histoire d’amour malheureuse, un film à la première personne (le seul où je suis à l’écran) je n’avais pas du tout prévu le succès qu’il a eu (j’étais jusque là plutôt habitué du contraire), j’en suis même troublé, car je me demande si il n’y a pas un malentendu dans ce succès, comme si je ne l’avais pas vraiment fait exprès. Il a aussi des conséquences inattendues dans ma vie privée, je rencontre Baya grâce à lui, car elle l’avait vu sur Canal+ et m’a reconnu . Avec ce film, je pense avoir trouvé mon style. Pendant plusieurs années, je continue de tourner dans le même esprit… J’ai ainsi réalisé un genre de long métrage totalement bricolé (des suites de mes blessures) qui j’espère pourra sortir un jour. Mais deux ans après l’avoir fait « le poteau rose », une femme que l’on aperçoit 10 secondes dans le film me fait un procès pour atteinte à la vie privée, m’oblige à lui verser une grosse somme et me contraint de couper son apparition sur toutes les copies. Je réalise qu’il est compliqué et risqué de faire des films de fiction avec comme matériau dramatique les images de sa propre vie…

Pour couronner le tout, par la suite, c’est Baya qui a mis ses jolies pattes dans tout ça, avec « Je ne suis pas une crêpe ».

7 response on “Le poteau rose

  1. Punaise, des années que je cherchais ce court!!!!
    tous les 2 ans, je reprenais ma quête de Leclerc, et tjs je tombais sur le roi de la consommation!
    Merci pour ce film, j’etais étudiante à l’époque, il m’avait mis les larmes aux yeux, je suis en couple aujourd’hui, ça y est elles ont fait « ploc » par terre

  2. bon j’ai bien honte de ce précédent message pathostistique, néanmoins merci d’y avoir répondu, maintenant vous pouvez même l’effacer 😉
    du coup j’ai regardé tous vos courts:
    vieux ou pas, naifs ou pas, durs ou pas, j’aime !

  3. Vous ne voudriez pas nous mettre un mp3 de la chanson de Margot… ce serait plus facile pour se la mettre en boucle comme je le fais actuellement 😉
    Bonne continuation

  4. Très cher Adoré,

    Une jeune étudiante en cinéma était très heureuse de vous rencontrer ce dernier vendredi, à l’Omnia de Rouen. Sje suis heureuse de voir que vos courts-métrages sont encore plus sublimes sur grand écran que sur mon fidèle ordinateur.

    Je suis en générale très timide, je n’aime pas poser de question, je n’aime pas m’interposer, me proposer, me dévoiler, me montrer. C’est pourquoi vous ne me connaissez pas encore.

    Parmi toutes vos réalisations, sachez que c’est bien celle-ci que je préfère. La narration est simple et entrainante, l’histoire est magnifique, chaque séquences à sa propre émotion… Splendide.

    Vendredi, vous nous avez dit de filmer nos obsessions. A vrai dire, j’ai souvent essayer de tourner quelques petites histoires, mais jamais sur ce qui m’obsède, ce à quoi je pense depuis toujours. Merci pour ce conseil, je m’y essaierai dès que j’aurai un peu de temps.

    Après chaque vue de ce petit chef-d’oeuvre étrangement revigorant, une question persiste.
    Sans affirmer que mon histoire ressemble à la votre, je m’identifie malheureusement à vous…
    C’est pourquoi je me demande si faire ce film vous a soulager, si cela vous a aider…

    Je sais bien que vous n’êtes plus du tout cet homme là, que vous avez retrouvé le vrai bonheur depuis, et que vous avez visionner de nombreux films de Woody Allen avec Votre nouvelle personne.
    J’en suis très heureuse pour vous.
    Mais je me pose tout de même la question.

    Amicalement,

Leave a Reply