un festival de poux

Voilà l’histoire, vendredi matin, aux environs de 7 heures, notre fils de quatre ans, comme tous les matins, débarque dans notre lit en hurlant, il saute, il fait la guerre, il tue tout le monde, il est iron man, ou le seigneur de la forêt ou mister gluant, et c’est le moment où on doit se réveiller. Et c’est ce matin-là qu’on l’a vu, tomber au ralenti comme dans un film de John Woo, sur le drap, un pou, costaud, vigoureux, avec toutes ses pattes, venant de la tête de notre fils. Je les connais bien les poux, ça fait des années que je les fréquente assidûment, avec ma fille d’abord, puis mon fils. Et je peux dire qu’ils aiment bien notre foyer, ils s’y sentent bien, à l’aise, faut dire qu’on est sympa. Beaucoup de gens pensent que les poux ne s’attaquent qu’aux enfants, mais c’est faux, tous les cuirs chevelus font leur affaire, c’est juste que les enfants, en général, mélangent plus leurs cheveux que les adultes. Donc, si notre fils a des poux, il y a toutes les chances qu’on en ait aussi. Or, dans quelques jours, avec ma femme, on va à cannes présenter notre film, tapis rouge, cocktails, soirée touche touche…. et on va passer nos journées à embrasser des gens, à se congratuler, à se mélanger les cheveux…. Et donc, y’a toutes les chances que les poux débarquent sur la croisette. Il faudra guetter, à la télé, si Tim Burton se gratte frénétiquement la tête, ce n’est pas qu’il est affligé par la sélection, c’est les poux. Si Naomi Watts débarque chauve, ce n’est pas qu’elle tourne un rôle à Oscar, c’est les poux. Ceci dit de savoir que des poux à moi puissent se balader sur les têtes Scarlett Joahnnson ou de Pénélope Cruze, ça me fait un peu rêver.

Ceux qui n’ont jamais connu ce problème épineux doivent se dire qu’il n’y a qu’à traiter la famille à l’anti-poux avant de partir à Cannes… Mais non, les poux sont coriaces de chez coriaces. Ca fait longtemps qu’ils ont trouvé comment résister à tous les produits qu’on leur balance dans la gueule. Les poux, c’est pas des cons. Ils s’incrustent partout, dans les plus petits recoins, rusent, change de tête comme de chemise, prêt à sauter à la moindre occasion. Pour s’en débarrasser, il faut au moins soixante jours de quarantaine, passer la maison au Kärcher, voire la raser, la maison…. Et puis ma femme est totalement opposée à ce qu’on tue le moindre être vivant sous son toit, c’est un principe, sinon elle pleure empathiquement et ça peut mal finir. Donc, les poux, j’ai pas le droit de les tuer, je dois les capturer un par un, puis les réeduquer, les convaincre de ne pas s’en prendre à nous, ce qui est délicat. Non, je préfère qu’ils débarquent sur croisette, après tout, c’est bien de partager les joies et les peines.

2 response on “un festival de poux

  1. Même problème chez nous:
    Nous sommes partis cet automne en vacances avec nos deux enfants … et nos poux. Un ami sur place nous a loué un appartement. Nous avons donc tous dormis dans des lits d’inconnus (nos poux aussi). Voilà.
    Je me réjouis de voir  » le nom des gens ».

Leave a Reply